J'ai signé mon premier mentorat il y a plusieurs années via l'AESP. Je quittais un emploi familier et accédais à un nouveau rôle et à une nouvelle entreprise. L’ancienne entreprise était un peu un « Boys Club », en tant que femme très décalée, j’avais souvent l’impression d’être à l’extérieur. Ma nouvelle entreprise comptait plusieurs femmes dirigeantes fortes, et j'assumais moi-même mon premier rôle de chef de département et de direction. Avec tous les changements d'une entreprise à l'autre, j'ai demandé l'aide de l'AESP et une correspondance dans leur programme de mentorat. Meilleur. Décision. Jamais.  

Mon mentor était du même âge, une femme, et travaillait dans l'industrie depuis un peu plus longtemps que moi. Ce fut un soulagement fantastique de parler à quelqu'un de sûr de mes sentiments dans mon nouveau rôle et de mes nombreux anciens sentiments d'être exclus du club des garçons au travail et dans l'industrie. 

Trouver mon peuple

Voici un indice pour ceux qui ne se sont pas sentis étrangers lors des activités du club des garçons : ce n'est pas amusant. Vous devez vous renseigner sur les activités et y participer pour être considéré comme faisant partie de l'équipe ou être exclu du club. Les activités comprennent (sans toutefois s'y limiter) le golf, la consommation excessive d'alcool, la visite de clubs de strip-tease et le visionnage de sports. Je ne parle pas du tout au nom de toutes les femmes, mais c'était la liste immédiate des situations qui se sont présentées. Je ne suis pas un sportif. J'essaierai de regarder n'importe quoi et de voir sa valeur en tant qu'activité de groupe, mais ce n'est pas mon truc. Ma confiture est l'histoire, l'art, la nourriture, les voyages, la science, la technologie et tout ce qui est créatif. Je passerais trois heures dans un musée pour un jeu de trois heures n'importe quel jour. J'ai récemment obtenu un certificat DEI à Cornell, où j'ai entendu de nombreuses voix et lu de nombreuses études sur l'inclusion. À la base, l’inclusion consiste à créer un espace sûr où les gens peuvent être eux-mêmes et ne pas ressentir le besoin de s’assimiler pour être acceptés.

Mon mentor m'a fait sentir que je n'étais pas seul.  

Nous avons partagé nos expériences ; J'ai partagé mes craintes concernant le nouvel emploi et j'ai essayé de m'intégrer sans me perdre. Nous avons parlé de fixer des limites au travail et dans l’industrie qui nous semblent confortables. Mon mentor m'a donné les meilleurs conseils pour trouver mes collaborateurs lors d'événements, des personnes avec qui je pouvais me sentir en sécurité en étant excentrique et avec qui je pouvais avoir mes côtés. Je n’ai jamais pensé à rechercher des personnes au-delà du réseautage ou des relations commerciales. Au fond, je suis un introverti autoproclamé et il est difficile de faire les choses par moi-même ; faire quelque chose pour le travail, les amis ou la famille est facile. Elle m'a lancé un bon défi.  

Découvrez comment le voyage de Bridget en Ukraine l'a finalement amenée à devenir mentor/mentorée de l'AESP.

Le transmettre

Mon prochain défi était de constituer une équipe et de décider quel type de leader être. Je me suis fait un devoir de faire venir des gens qui pensaient un peu différemment des miens, qui étaient décalés à leur manière. J'aime voir comment les nouveaux venus dans l'industrie tombent amoureux de l'efficacité énergétique et comment nous, en tant qu'individus, pouvons faire du monde un endroit plus vital et plus résilient. Je suis obsédé par le fait de voir les gens se sentir autonomes et s’épanouir. Il existe un mot yiddish pour cela, KVELL. C'est la fierté que l'on ressent en voyant les autres réussir.  

J'ai commencé à embaucher des mentorés. Je voulais soutenir les nouveaux venus dans l'industrie et leur permettre de se frayer un chemin plus facilement au lieu de se sentir obligés de se frayer un chemin à travers la jungle. Parfois, c'était une relation courte ; ils avaient besoin d'un visage amical lors de leur première conférence ou de conseils de carrière.  

Élargir mon impact

Quand le Programme de mentorat Joule de l’AESP lancé, j'ai vu ma chance. J'ai cherché à redevenir mentor et mentoré. Je pense que j'aurai toujours les deux dans ma vie. J'avais besoin et j'aurai toujours besoin de femmes de l'industrie avec qui parler des situations qui se présentent. J'ai besoin d'une caisse de résonance extérieure à mon entreprise et à mon groupe d'amis. J'ai récemment rejoint le groupe AESP Women In Energy. J'ai découvert que d'autres avaient vécu bon nombre de mes situations d'exclusion, et c'était formidable de partager et de savoir que je n'étais pas seule. C'est incroyable de se sentir soutenu par les autres. Pourtant, vous ne le ressentez qu’une fois que vous commencez à partager vos histoires et que vous allez au-delà des bavardages et des plaisanteries. Quand vous pouvez être authentiquement vous-même.  

Ce que j'ai appris en étant mentoré, c'est comment mieux encadrer les autres. Comment créer un espace sûr pour les nouveaux arrivants dans l'industrie ou dans mon équipe. Mon programme DEI m'a laissé beaucoup plus de questions à poser aux autres, pour savoir dans quelle mesure ils se sentent à l'aise d'être inclus, ce dont ils ont besoin pour s'épanouir et grandir, et finalement devenir la prochaine génération de mentors.   

Je voulais terminer en remerciant LeAndra d'avoir été mon premier mentor. Vous êtes une telle rock star et vous m’avez aidé plus que vous ne pourriez l’imaginer.  

Pour le reste, qu'attendez-vous ? C’est votre signe pour vous impliquer, vous décoller, vous inspirer et vous connecter.

Yasmin Abraham

Yasmine Abraham

Président et co-fondateur, Kambo Energy Group

Yasmin est présidente et cofondatrice de Kambo Energy Group, une entreprise sociale qui réduit la pauvreté énergétique et améliore le logement dans les communautés traditionnellement sous-priorisées du nord-ouest du Pacifique. Elle est une experte de premier plan en matière de programmes énergétiques et climatiques fondés sur l’équité, travaillant avec les gouvernements et les services publics de toute l’Amérique du Nord pour concevoir et fournir des solutions inclusives. Yasmin est titulaire d'un MBA de la Sauder School of Business, d'un certificat en diversité et inclusion de l'Université Cornell, est membre du conseil d'administration d'Efficacité Canada, membre fondateur du National Affordability Action Council, membre du conseil consultatif de la faculté pour le Sauder School of Business de l'UBC et membre du groupe de travail sur les bâtiments à émissions zéro de la ville de Burnaby.

fr_CAFrançais du Canada